vendredi 26 avril 2019

Blogs et autres - MortAnecdotes 376 à 450


Attention, ces anecdotes révèlent les contenus de certaines de mes créations, ne les lisez pas si vous n’avez pas d’abord lu les contenus liés.

Lien vers les anecdotes précédentes : Blogs et autres - MortAnecdotes 301 à 375.


Anecdotes sur les critiques (suite) :

Dungeon Keeper – Critique :

Anecdote n° 376 : La mention du DLC de charité de War for the Overworld a été ajoutée spécialement pour contraster avec les pratiques économiques d’EA, et pour les contrebalancer.

Anecdote n° 377 : L’utilisation spécifique de mouches et de scarabées à la fin de la section Accessibilité a été faite car ces mêmes créatures apparaissent dans Dungeon Keeper.

Anecdote n° 378 : La phrase « Le Mal finit toujours par trouver sa voie ! » fait référence à la réplique la plus célèbre de la saga de jeux Overlord, où elle est utilisée fréquemment par le personnage Biscornu. Celle-ci a été choisie pour achever la critique car Dungeon Keeper et Overlord proposent tout deux d’incarner les forces du mal, et se sont tout deux terminés abruptement à la suite de leur second opus principal.

Anecdote n° 379 : La plaisanterie sur la création d’une contrepartie sur Tipeee pour se moquer des pratiques d’EA fut bel et bien créée pour pousser la blague encore plus loin. Prendre cette contrepartie en faisant un don ne débloque aucune récompense particulière. Cette non-récompense est une plaisanterie supplémentaire sur « la sensation de fierté et d’accomplissement » illusoire mentionnée par EA dans leur célèbre réponse sur Reddit. Voici d’ailleurs une capture d’écran de cette même contrepartie :

Anecdote n° 380 : La légende de la capture d’écran du jeu qui montre de nombreux trésors fait référence à la chanson Money, Money, Money du groupe ABBA et particulièrement à l’usage humoristique des paroles emblématiques de la chanson. Ceci se moque ainsi davantage du goût prononcé d’EA pour l’argent.

Anecdote n° 381 : Le choix d’utiliser cet article pour la première apparition publique de Devilia n’est pas dû au hasard. En effet, en plus d’être sortie un 13, la thématique diabolique de la critique (et plus particulièrement de son jeu présenté) collait bien avec Devilia (dont une bonne partie du nom signifie littéralement « Diable »). La raison principale était surtout de servir de teaser à ma première annonce sur mes romans (sortant lors du 13 du mois suivant), où elle devait faire sa première apparition majeure.

Anecdote n° 382 : La « série du 13 » qu’évoque Devilia dans sa première apparition fait référence au Journal Du 13, la série mensuelle dont elle est le personnage principal et qui n’a pas encore commencé. Le fait qu’elle l’évoque spécifiquement dans cette critique est dû au fait que celle-ci est sortie lors d’un 13, tout comme le JD13 doit sortir tous les 13.

Anecdote n° 383 : Devilia fut le premier personnage dont le nom avant les répliques fut abrégé, le surnom « Fille inconnue de petite taille » étant passé à « Fille » dès la deuxième réplique de Devilia. Ce changement fut effectué pour ne pas alourdir inutilement le texte.

Anecdote n° 384 : La « face de Playmobil » à laquelle Devilia fait référence est bien évidemment Marty, et la série dont elle parle est L’Aventure de Marty.

Anecdote n° 385 : Les insultes que Devilia m’a adressées font référence au fait que je passe bel et bien une assez grande partie de ma vie derrière un bureau puisque c’est sur ce même bureau que je travaille sur mes romans et mes blogs, mais aussi sur lequel je fais souvent des recherches ou que je joue à mes jeux PC. La plupart de ces insultes font référence à des clichés sur les joueurs et les diverses personnes passant beaucoup de temps sur leurs écrans qui seraient feignants et n’aimeraient pas beaucoup bouger.

Anecdote n° 386 : Les papiers mentionnés -et attaqués- par Devilia font référence aux nombreuses feuilles trouvables souvent sur mon bureau et dans le reste de ma demeure. Ceux-ci contiennent un grand nombre de mes anciennes créations non publiques, dont les versions originelles de L’Aventure de Marty.

Anecdote n° 387 : Ma crise de rage contre Devilia où je hurle « ESPÈCE DE SALE PETITE !!!... » fais référence à l’un des gags les plus récurrents d’Homer Simpson, et plus particulièrement celui où Homer étrangle son fils Bart en disant « Espèce de sale petit ! » après que celui-ci ait énervé Homer. Cela fait également référence à la petite taille de Devilia.

Anecdote n° 388 : L’image avec les « difficultés techniques » vient également des Simpsons, et est aussi un gag récurrent qui survient parfois quand des personnages regardent la télévision. Tout comme dans la majorité des gags originaux, cette image sert ici à cacher la scène de violence entre moi et Devilia qui aurait été si intense qu’elle aurait « causée » des difficultés techniques.

Anecdote n° 389 : La plaisanterie finale se moque de l’incitation exagérée d’EA à mettre 5 étoiles à leur jeu sous prétexte que ce serait important pour continuer à fournir des mises à jour gratuites. Ceci est ainsi parodié en incitant les lecteurs à mettre 5 étoiles à la critique sous prétexte que ce serait nécessaire pour que je continue à mettre à jour les articles du blog, ce qui n’est évidemment pas le cas.

Anecdote n° 390 : La fin de la critique de Dungeon Keeper fut la toute première fois où j’ai utilisé un smiley dans un de mes contenus publics.

Anecdote n° 391 : La critique de Dungeon Keeper fut ma première à donner un lien vers la critique du jeu suivant.

Anecdote n° 392 : Sélectionner une étoile pour évaluer l’article affichera « Electronic Arts » au lieu de l’habituelle mention « Horrible ». C’est une moquerie supplémentaire sur cette entreprise qui est ici utilisée comme l’équivalent de la plus mauvaise qualité possible. C’est également une continuation de la critique sur la demande de cinq étoiles de la part d’Electronic Arts dans le jeu Dungeon Keeper sur mobile.

Anecdote n° 393 : La critique de Dungeon Keeper est donc mon premier contenu où les mentions des étoiles sont différentes de celles des contenus de la même catégorie.

Dungeon Keeper 2 – Mini-Critique :

Anecdote n° 394 : La critique de Dungeon Keeper 2 fut ma première à être consacrée à la suite d’un jeu, et plus particulièrement d’un jeu que j’ai déjà critiqué.

Anecdote n° 395 : La critique de Dungeon Keeper 2 fut ma première à être la suite directe d’une autre de mes critiques.

Anecdote n° 396 : La version du jeu jouée avant de faire la critique était Dungeon Keeper 2 sur GOG.

Anecdote n° 397 : La critique de Dungeon Keeper 2 fut ma première à donner un lien vers la critique du jeu précédent.

Anecdote n° 398 : Le jeu mentionné au début de la critique qui a donné un autre avenir à la saga Dungeon Keeper est War for the Overworld, le successeur spirituel de Dungeon Keeper.

Anecdote n° 399 : La référence au début (« C’est bon d’être méchant ! ») est une variation française du slogan du jeu. Le slogan original « It’s good to be bad » apparaît juste après dans la légende de l’image de l’écran titre du jeu.

Anecdote n° 400 : La légende de la première image du logo de Bullfrog Productions fait référence à la célèbre parole « Who’s bad ? » de la chanson Bad de Michael Jackson.

Anecdote n° 401 : La critique reprend mes gags récurrents sur Electronic Arts dès la présentation du jeu en proposant aux lecteurs d’utiliser à ce moment-là l’insulte de leur choix sur EA.

Anecdote n° 402 : La légende de la seconde image du logo de Bullfrog fait référence à la traduction française du nom de l’animal ayant donné son nom au studio (la grenouille-taureau, nommée plus communément « ouaouaron »).

Anecdote n° 403 : La légende de l’image de la danse dans le Casino fait référence aux paroles emblématiques (« Burn baby burn! ») du refrain de la chanson Disco Inferno de The Trammps qui est justement la musique sur laquelle les créatures du jeu dansent.

Anecdote n° 404 : La légende de l’image de la seconde prise de photo utilise le terme « cheese » en référence au mot fréquemment utilisé pour sourire lors d’une prise d’une photographie.

Anecdote n° 405 : La partie sur Dungeon Keeper sur mobile fait référence à de nombreux défauts du jeu et continue mes moqueries habituelles sur EA.

Anecdote n° 406 : La légende de l’image avec les micro-transactions de gemmes reprend les blagues des comparaisons avec les pigeons communément utilisées pour désigner les personnes qui se sont fait duper et/ou faciles à tromper, notamment dans le cadre d’un achat.

Anecdote n° 407 : La fin de la légende de l’image de l’abonnement DK Premium fait référence à la phrase mnémotechnique « Mais où est donc Ornicar », qui est ici utilisée pour exagérer ma confusion face à l’abonnement fort coûteux de DK sur mobile.

Anecdote n° 408 : La capture d’écran de Jean-Luc Mélenchon en train de faire un doigt d’honneur est issue de cette vidéo. Le doigt peut être vu exactement à cet instant. Le doigt d’honneur était à l’origine -théoriquement- accidentel puisque Mélenchon était en train de compter. C’est probablement la seule image non retouchée d’un doigt d’honneur de Mélenchon actuellement trouvable sur le Net.

Anecdote n° 409 : Le premier post-scriptum au sujet de l’image fait référence aux perquisitions menées au domicile de Jean-Luc Mélenchon et aux locaux de La France insoumise -ainsi que chez d’autres membres du parti- lors du 16 octobre 2018. Celles-ci sont survenues dans la même période que la sortie de cette mini-critique, d’où l’utilisation de cette référence.

Anecdote n° 410 : La phrase « Can’t Stenchon the Fingerenchon » formulée par Bleu est une parodie du slogan « Can’t Stenchon the Mélenchon » qui lui-même est une parodie du slogan « Can’t Stump the Trump ». Ici, le nom de Mélenchon est mélangé au mot « finger » qui signifie « doigt », ce qui évoque évidemment le doigt d’honneur tout juste utilisé.

Anecdote n° 411 : Marty reprend justement le slogan « Can’t Stumpt the Trump » créé par les partisans de Trump. Il est souvent sous-entendu que Marty soutiendrait Trump, ce qui colle avec le fait qu’il est Américain, qu’il a des opinions controversées, et qu’il est très provocateur tout comme ce dernier.

Anecdote n° 412 : Le nom « F*ck U EA » (qui peut se traduire par « Vas te faire foutre, EA ») que j’ai créé pour mon donjon dans DK sur mobile fut finalement utilisé dans le jeu. Contrairement à ce qu’indique l’image, le nom était valide puisque invalidité était adressée au nom précédemment utilisé (« Fuck U EA ») qui n’était pas censuré. J’avais simplement oublié de prendre une capture d’écran du nom validé, et je n’avais ni le temps ni la volonté de recommencer une partie pour ça.

Anecdote n° 413 : La légende de l’image qui montre la liste des niveaux de My Pet Dungeon correspond au nom français de ce même mode (« Mon P’tit Donjon »).

Anecdote n° 414 : La légende de l’image du sort Création d’Or moque le fort intérêt d’Electronic Arts pour l’argent en sous-entendant qu’ils rêveraient de pouvoir utiliser ce sort afin de créer de l’argent à volonté.

Anecdote n° 415 : La réponse de Marty au grand nombre de créatures avec l’adjectif « noir » dans leur nom est une parodie de Jean-Marie Le Pen qui souhaitait le rétablissement des frontières et à qui il a souvent été reproché d’être xénophobe et raciste. Celui-ci utilise également assez fréquemment la locution « n’est-ce pas », qui a notamment été utilisé bien souvent dans des parodies de Ganesh2 où celui-ci imite Jean-Marie Le Pen.

Anecdote n° 416 : La réponse de Marty où il prétend « ne pas être raciste, car il a un humour noir » est un jeu de mots sur l’humour noir et sur la couleur de peau noire. Ceci reprend également le cliché selon lequel le racisme ne pourrait être que contre les personnes noires.

Anecdote n° 417 : La phrase de Marty « Même plus noire qu’une Arabe » fait référence à l’une des plus célèbres phrases de Nadine Morano (« Je ne suis pas raciste, j’ai une amie plus noire qu’une Arabe ! »). Cette phrase bien connue a été utilisée par celle-ci pour se défendre d’accusations de racisme, et elle a notamment suscité un bon nombre de moqueries en raison du caractère ridicule et cliché de la réponse.

Anecdote n° 418 : Une seconde référence à Nadine Morano est faite juste après, et plus spécifiquement sur sa phrase « Le vol de portable à l’arraché, ça n’existait pas avant que les portables n’existent, voyez. » qu’elle a prononcé lorsqu’elle parlait dans l’émission On n’est pas couchés de la recrudescence des actes de violence. La phrase a été très ridiculisée en raison de son caractère exagérément évident et par l’absurde faiblesse de l’argument.

Anecdote n° 419 : La réponse alternative de Bleu (« Merci, Captain Obvious! ») fait référence au mème Captain Obvious. Celui-ci consiste à attribuer le surnom péjoratif de Captain Obvious (Capitaine Évidence) à une personne venant de déclarer quelque chose d’absolument évident pour tout le monde.

Anecdote n° 420 : La légende de l’image de la salle remplie d’or se moque de l’accumulation d’argent (et de sa non-utilisation) par certains politiciens français, et notamment de ceux commettant des abus comme l’évasion fiscale.

Anecdote n° 421 : La devinette sur la libération de l’Ange fut la toute première utilisation d’un quiz que j’ai pu faire dans mes contenus.

Anecdote n° 422 : Le temps indiqué dans la Réponse C (« six cent soixante-six heures et treize secondes ») est composé exclusivement de chiffres considérés comme maudits, et contribue au caractère complètement perché de la réponse.

Anecdote n° 423 : La Réponse D consistant à lancer le jeu lors d’une éclipse solaire et d’attendre un alignement des planètes fait référence à de nombreux secrets pouvant être trouvés dans les jeux Dungeon Keeper. La majorité d’entre eux se manifeste quand l’un des jeux est joué lors d’un jour de pleine lune. La mention de l’alignement des planètes fait également référence à de nombreux mythes autour du phénomène et notamment à des mythes suggérant l’arrivée d’événements uniques, dont des catastrophes pouvant tourner à la fin du monde.

Anecdote n° 424 : La Réponse G fait une référence assez discrète au Joueur Du Grenier. En effet, la formulation de la dernière phrase et le fait d’utiliser des insultes contre le jeu fait référence à la vidéo du JDG sur les jeux Airwolf, et plus particulièrement à la scène où celui-ci s’énerve en codant le jeu sur son Amstrad CPC 464 et qu’il dit « Si vous n’y arrivez pas, essayez d’entrer des commandes insultantes. On sait jamais, ça peut marcher. ».

Anecdote n° 425 : L’utilisation des insultes en allemand dans cette même réponse fait aussi référence au Joueur Du Grenier qui fait souvent des blagues sur le fait de formuler des insultes en allemand contre un jeu.

Anecdote n° 426 : Le fait de mettre les insultes spécifiquement en allemand dans la Réponse G est une référence au Point Godwin (comme indiqué dans la réponse telle qu’elle apparaît dans le quiz) qui concerne le célèbre et tant détesté dictateur allemand Adolf Hitler. C’est également pour cette raison que la réponse dans le quiz est partiellement formulée en allemand. Par la même occasion, celle-ci se moque des stéréotypes qui consistent à comparer bien trop souvent les Allemands avec les nazis. C’est aussi une petite référence au point de Gräfenberg (ou « point G ») nommé après le gynécologue allemand Ernst Gräfenberg.

Anecdote n° 427 : Le bâillement dans la Réponse A telle qu’elle apparaît dans le quiz est une plaisanterie supplémentaire sur le fait d’être fatigué à force d’attendre que quelque chose se passe dans le jeu.

Anecdote n° 428 : La fin de la Réponse C telle qu’elle apparaît dans le quiz fait référence aux premières paroles de la chanson Le Petit Bonhomme en mousse de Patrick Sébastien.

Anecdote n° 429 : La légende de l’image finale fait référence à la version anglaise de la réplique « Le mal finit toujours par trouver sa voie ! » (« Evil always finds a way! » en anglais), ce qui est une nouvelle référence à la phrase la plus connue des jeux Overlord, prononcée bien souvent par le personnage Biscornu.

Anecdote n° 430 : Donner une seule étoile pour évaluer l’article affichera « EAvil » au lieu de la mention « Horrible ». Ceci est un jeu de mots sur l’abréviation du nom d’Electronic Arts (« EA ») et sur le mot anglais « evil » qui se traduit par « mal ». C’est évidemment une énième moquerie de ma part sur cette entreprise qui est ici utilisée comme le symbole même du mal. Cette mention alternative n’a pas été ajoutée lors de la sortie de l’article, mais bien plus tard quand la micro-critique sur Dungeon Keeper (Mobile) est sortie.

Dungeon Keeper (Mobile) – Micro-Critique :
Screenshot_2018-11-17-14-50-05

Anecdote n° 431 : Si l’on met de côté mon avis sur Dragon Quest XI qui n’était pas une véritable micro-critique, la micro-critique de Dungeon Keeper sur mobile fut la toute première vraie micro-critique que j’ai pu sortir sur ce blog.

Anecdote n° 432 : La micro-critique de Dungeon Keeper sur mobile fut le tout premier poisson d’avril sur ce blog, la partie avec D4rkMordsTaMort69 et le langage vulgaire exagéré de la seconde partie de la critique étant le gag.

Anecdote n° 433 : La micro-critique de Dungeon Keeper sur mobile fut ma première à parler d’un jeu développé par Mythic Entertainment.

Anecdote n° 434 : La micro-critique de Dungeon Keeper sur mobile fut ma première à parler d’un jeu de tower defense.

Anecdote n° 435 : La micro-critique de Dungeon Keeper sur mobile fut ma première à parler d’un jeu de tower defense et de stratégie.

Anecdote n° 436 : La micro-critique de Dungeon Keeper sur mobile fut ma première à parler d’un jeu MMO.

Anecdote n° 437 : La micro-critique de Dungeon Keeper sur mobile fut ma première à parler d’un jeu Freemium.

Anecdote n° 438 : La micro-critique de Dungeon Keeper sur mobile fut ma première à parler d’un MMORPG à travers le spin-off Dungeon Keeper Online.

Anecdote n° 439 : Le choix spécifique de ce jeu pour un poisson d’avril fut fait en guise de moquerie supplémentaire sur celui-ci. C’est également parce que je refusais d’accorder une véritable critique à ce jeu que je déteste tant comme je l’avais déjà mentionné dans la critique du premier Dungeon Keeper.

Anecdote n° 440 : Cet article fut la toute première apparition de D4rkMordsTaMort69.

Anecdote n° 441 : La micro-critique était prévue depuis longtemps et devait originellement sortir en premier lieu sur Le Royaume de Mortamon. Comme les critiques des premiers Dungeon Keeper n’étaient pas encore sorties sur le Royaume, j’ai jugé qu’il serait plus pertinent de la sortir sur le blog principal. L’article sur la Sainte Prune sortit donc à la place sur Le Royaume de Mortamon au lieu du blog principal afin que chaque blog ait son propre poisson d’avril.

Anecdote n° 442 : À l’origine, cette micro-critique devait utiliser le personnage D4RKSASUKE69 à la place de D4rkMordsTaMort69 qui n’existait pas encore quand j’imaginais la critique. J’eus finalement l’idée d’utiliser mon propre personnage dérivé de la création du ChefOtaku, et D4rkMordsTaMort69 fit donc sa première apparition dans la micro-critique.

Anecdote n° 443 : L’image à la une fut volontairement putaclic afin de renforcer le gag du poisson d’avril et de dissimuler davantage la véritable micro-critique cachée par la partie avec D4rkMordsTaMort69. Ainsi, du texte rouge fut choisi pour personnaliser l’image, des flèches rouges furent ajoutées, des émoticônes délirantes furent créées, et divers stickers ridicules vinrent parer l’image. Également, des textes en majuscules typiquement aguicheurs furent ajoutés, comme « gone sexual », « prank », « ça tourne mal (explications) », « lol », « absolument à voir », « cliquez », « mdrrrr », « : D », ou encore un sous-entendu sur la présence de femmes séduisantes dans le contenu de l’article. Bien entendu, tous ces éléments ne font aucune apparition dans l’article, comme dans tout contenu piège à clics digne de ce nom.

Anecdote n° 444 : Le choix de stickers enfantins et délirants sur l’image à la une fut fait pour se moquer davantage de la direction artistique ridiculement enfantine du jeu. La plupart de ces stickers transforment les créatures de l’image en des versions ridicules et exagérées d’elles-mêmes, ou leur ajoutent éléments complètement hors-sujet qui les rendent ridicules (comme une moustache et des lunettes de soleil sur la Maîtresse, des lunettes sur le Fantôme, ou des oreilles de chien sur le Squelette).

Anecdote n° 445 : Toute la partie avec D4rkMordsTaMort69 est une parodie des kikoos, et plus particulièrement des kikoos fans de jeux vidéos. Pour aller à fond dans la caricature, l’orthographe fut aussi catastrophique que possible et typique du langage SMS ; des smileys et des emojis furent ajoutés partout en quantité absurdement exagérée ; les majuscules et la ponctuation sont en quantité abusive ; et les arguments du personnage furent pathétiquement mauvais en plus de ne prôner qu’une affection aveugle pour le jeu et son éditeur et une haine absolue de ses critiques négatives.

Anecdote n° 446 : En réalité, D4rkMordsTaMort69 n’apparaît que tard dans le texte, puisque c’est en fait mon incarnation fictive qui l’imite à la perfection durant toute la partie humoristique au début. Sa première véritable apparition est donc dans le dialogue final.

Anecdote n° 447 : En tant que personnage inspiré de D4RKSASUKE69, D4rkMordsTaMort69 reprend plusieurs phrases du personnage. Il s’introduit notamment de la même façon que celui-ci dans ses tutos en disant « Wesh ! Salut à tous ! Ici D4rkMordTaMort69 ! », et en imitant le 6 et le 9 avec ses doigts (des emojis de mains dans le cas de D4rkMordsTaMort69).

Anecdote n° 448 : De plus, D4rkMordsTaMort69 se présente également comme Cortex (le rappeur et vidéaste connu pour ses vidéos dignes de trolls) au début de ses vidéos en disant « 69 les Pyramides ! » au lieu de « 91 les Pyramides ». Ce qui a priori n’a même plus de sens puisque les Pyramides se trouvent à Évry, dans le département du 91. Mais le « 69 » dans son nom est plus là pour évoquer une certaine blague sexuelle sur les chiffres que le département dont il est issu.

Anecdote n° 449 : Pour renforcer la caricature du pré adolescent bien cliché et en quête du plus de clics possible, D4rkMordsTaMort69 parle de faire des tops 10 sur des femmes sexy et sur des « pranks qui tournent mal » et sur des kills de Fortnite. Fortnite est aujourd’hui fréquemment associé aux prépubères les plus immatures par le commun des joueurs de la même manière que le fut Call of Duty plusieurs années auparavant et l’est encore un peu aujourd’hui, d’où le choix de l’utiliser comme l’un des jeux préférés du jeune D4rkMordsTaMort69.

Anecdote n° 450 : D4rkMordsTaMort69 est surtout utilisé dans le contexte de cette micro-critique comme une caricature des fanboys de jeux vidéos, d’où le fait qu’il est incapable d’accepter des opinions contraires à la sienne et qu’il pense que ses œuvres préférées doivent être adorées par absolument tout le monde. Bien évidemment, il n’est pas capable d’accepter la moindre forme de critique et de nuances, et il reprend des arguments et des insultes typiques de fanboys (par exemple « les vieux jeux/jeux récents/jeux de telle console/etc. sont forcément nuls » ; « vous êtes que des rageux/haters si vous aimez pas le jeu » ; « vous râlez tout le temps » ; « enfantin = mauvais et immature » ; « vous êtes des radins/des sales pauvres si vous ne payez pas » ; ou encore « vous avez des goûts de chiottes/mauvais goûts/pas de goût si vous n’aimez pas les mêmes choses que moi » ; etc.).

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci de votre lecture !

N'hésitez pas à vous abonner pour être averti de la sortie des prochains contenus, et laissez un commentaire si vous le désirez pour me faire part de votre avis !

Membres :

Être averti des contenus par e-mail (entrez votre adresse e-mail puis cliquez sur "Submit") :

Me soutenir sur Tipeee :