jeudi 27 septembre 2018

Mon avis sur Dragon Quest XI


Ceci n’est pas une critique complète comme je n’ai pas encore le temps de la faire, mais histoire de donner un peu plus de visibilité à l’œuvre qui m’a le plus marqué cette année, parlons de Dragon Quest XI ! Je ne vais que donner mon avis assez brièvement, le tout garanti sans spoilers !

Dragon Quest XI Les Combattants de la Destinée, ou Dragon Quest XI Echoes of an Elusive Age chez les Anglais !
Développé par Square Enix et Armor Project, et édité par Square Enix, le jeu est sorti chez nous le 4 septembre 2018, soit un an après la sortie originale au Japon, le jeu est actuellement disponible sur PlayStation 4, et sur PC à travers Steam !
Il existe également une version 3DS, mais elle est restée exclusive au Japon, ce qui est très dommage, car elle propose un grand nombre de fonctionnalités très intéressantes (dont une grande quantité de contenus exclusifs ! Comme la possibilité d’alterner entre des graphismes en 2D ou en 3D), et elle aurait garanti beaucoup de ventes pour le jeu... en voilà une opportunité ratée pour Square Enix ! Si cela vous intéresse, il y a en ce moment une pétition que vous pouvez signer pour tenter de convaincre Square Enix de faire sortir cette version 3DS en Occident, il y a également plusieurs autres solutions pour soutenir l’initiative, tout est expliqué en détail ici : https://www.dragonquest-fan.com/forum/index.php?subjectID=14176
Une version Switch est également prévue et elle a récemment été confirmée sous le nom de Dragon Quest XI S, il n’y a pour l’instant que très peu d’informations et aucune image à son sujet, et une sortie chez nous n’est pas certaine.
Pour celles et ceux qui ne connaissent pas, Dragon Quest est une saga de RPG (jeu de rôle) au tour par tour, et Dragon Quest est l’un des plus célèbres du genre et l’un des précurseurs des RPG au tour par tour modernes (avant le premier Dragon Quest sur Nintendo Entertainment System, les RPG étaient surtout sur ordinateur et étaient vraiment peu connus, je pense notamment à la saga Ultima [encore une victime d’Electronic Arts...], dont le troisième opus a beaucoup inspiré le premier Dragon Quest), Dragon Quest est d’ailleurs la saga de jeu vidéo la plus populaire au Japon ! Ce qui ici est très différent vu que la saga est loin d’avoir fait un carton en Occident, ce qui est surtout la faute a beaucoup de mauvaises décisions marketing de la part de Square Enix.
Sur ce, commençons !

Graphismes :

Dragon Quest XI est pour le moins très beau ! Les décors sont absolument magnifiques et ne manquent pas de détails ! Je pense surtout aux villes, dont la grande majorité dispose d’une architecture variée et d’une grande beauté, les environnements naturels ne sont pas non plus en reste avec une nature assez bien animée (même si l’herbe n’est pas au niveau non plus au niveau de celle de The Legend of Zelda Breath of the Wild) et riche en détails.
J’aurais tout de même à critiquer les textures, si elles paraissent magnifiques et très détaillées vues de loin... une bonne partie le sont beaucoup moins quand on les regarde de près, j’ai pu voir certaines textures d’une qualité si basse qu’elles s’approchaient du niveau de textures sur PlayStation 1... certes le monde du jeu est très vaste, mais un peu plus de soin à certains endroits n’aurait pas été de refus. J’aurais aussi à déplorer quelques éléments du décor prenant un peu trop de temps à charger, et un léger manque de fluidité par quelques moments.

Comme toujours dans la saga Dragon Quest, la patte artistique nous vient d’Akira Toriyama, le créateur de l’univers Dragon Ball ! Cette fois, le style graphique a un peu changé ce qui n’est pas de refus en sachant que la saga a besoin d’un peu plus de variété visuelle.
Si les designs des personnages principaux ne sont pas les meilleurs du monde, il faut dire que leurs modèles sont bien détaillés, notamment lors des cinématiques, mention spéciale à l’animation des cheveux qui est simplement divine !
Il n’est plus possible de personnaliser l’apparence des personnages jouables comme le permettaient Dragon Quest IX et Dragon Quest X et l’on revient au système des Dragon Quest d’avant le IX où les vêtements n’altéraient pas l’apparence des personnages, il y a néanmoins des costumes alternatifs comme dans Dragon Quest VIII et bien plus que dans celui-ci, c’est un peu dommage, mais vu tout ce qu’il y a déjà sur le plan graphique ça n’aurait pas été de la tarte d’offrir en plus la liberté de personnalisation aux joueurs, il faudra certainement attendre un futur épisode pour ça.

Les PNJ (Personnages Non Jouables) ont eux enfin eu droit à une vraie variété d’apparence entre eux, d’habitude dans les Dragon Quest, les PNJ utilisent tous un type de modèle de personnage précis pour chacun d’entre eux et ils n’avaient aucune différence physique (par exemple, une danseuse avait toujours exactement les mêmes traits et exactement les mêmes vêtements que toutes les autres danseuses du jeu), cette fois-ci les types de modèles de personnages disposent enfin de variations et n’auront pas les mêmes traits, ni les mêmes cheveux, ni les mêmes vêtements dans certains cas, ce qui pour ces derniers n’est pas trop un problème en sachant qu’il y a beaucoup plus de types de modèles de PNJ dans ce Dragon Quest que dans les précédents.
Néanmoins, je trouve dommage que le jeu apporte très peu de nouveaux monstres, certes un bon nombre sont issus du X qui n’est jamais sorti chez nous ce qui donne une sensation de nouveauté, mais ça ne change pas qu’ils ne sont pas nouveaux, en plus de ça le jeu a trouvé une sacrée mauvaise astuce de recyclage pour son bestiaire à plusieurs moments... ce qui est fort d’en arriver là quand la saga fait déjà de simples colors swaps pour certains monstres... les nouveaux arrivants ont tout de même un bon design dans l’ensemble et apportent une bonne fraîcheur aux styles habituels de Dragon Quest, mais il aurait été mieux de mettre bien plus de nouveaux venus.

Les cinématiques sont une grande puissance de ce jeu, la quasi-totalité ne fait qu’utiliser les graphismes habituels du jeu, mais elles restent très bien mises en scène.
Quant à celles qui ne sont pas dans le moteur du jeu comme la cinématique d’introduction, il faut dire que leur qualité est simplement à couper le souffle, en voyant ça il y a de quoi rêver en imaginant un jour sortir un film Dragon Quest qui aurait des visuels de la même qualité.

Bande sonore :

Je vais être franc, de tous les épisodes principaux de Dragon Quest, celui-ci est le pire sur le plan sonore, les musiques restent bonnes et ne sont pas non plus oubliables, mais elles manquent de cette qualité exceptionnelle à laquelle nous a habitué Koichi Sugiyama et ne sont clairement pas aussi mémorables que dans les autres Dragon Quest, surtout que le jeu repose un peu trop sur des remixes — de bonne qualité — de musiques des précédents épisodes, je sais bien que ce jeu veut rendre hommage aux anciens épisodes de la saga (et surtout le III), mais il aurait dû proposer quand même un peu plus de morceaux inédits, surtout lors des phases d’exploration où le manque de musiques variées fini par devenir vite très lassant pour les oreilles.
Et le pire est que Square Enix a décidé d’encore nous mettre une carotte pour les versions orchestrales des musiques et l’on doit donc se les taper en version MIDI... bon sang... en gros, pour profiter des musiques dans leur vraie qualité, il vous faudra soit vous procurer directement la version japonaise, soit modder le jeu si vous l’avez sur PC, mais ce dernier cas n’est pas légal du fait des droits payants sur les musiques en version orchestrale, et donc trouver un mod pour ça ne sera par forcément aisé, étant illégal, je ne donnerai pas de lien vers l’un de ces mods.

À par ça, les bruitages sont bons (mais globalement moins appréciables qu’avant), et contrairement à la version japonaise, un doublage est présent dans le jeu, ce doublage anglais se débrouille dans l’ensemble très bien, il ne brille par trop avec les personnages présents au début, mais cela change bien vite au fil du jeu, franchement, ce n’est pas un mauvais doublage et quelques voix sont vraiment exceptionnelles.

Scénario :

Je pense que cette fois-ci on tient là un des meilleurs Dragon Quest sur cet aspect ! Si ce n’est pas le meilleur ! Si le début du jeu est un peu ennuyeux (et pas qu’en termes d’histoire), cela change bien vite dans les heures suivantes ! Ce n’est évidemment pas non plus le meilleur RPG de tous les temps au niveau du scénario, mais ça en reste tout de même un excellent à mon goût ! Le jeu utilise un savant mélange de classicisme et de modernité, on retrouve quelques éléments typiques des RPG classiques comme le coup de l’élu qui doit sauver le monde des griffes d’un mal ancien, mais en même temps le jeu sait très bien jouer avec ces éléments pour mieux surprendre le joueur, Dragon Quest XI contient pas mal de twists très intéressants et certains clichés sont volontairement insérés pour mieux créer la surprise en les éclatant à coups de batte de baseball juste après ! Malgré quelques moments prévisibles, le jeu sait très bien traiter son histoire et propose pas mal de passages intéressants et pour le moins originaux.

Les personnages sont très bien traités dans l’ensemble ! On sent que la qualité de l’écriture des dialogues a bien évolué par rapport aux jeux précédents, je dirais tout de même que les personnages de l’équipe du joueur ne sont pas aussi charismatiques que ceux de Dragon Quest VIII, mais cela s’explique surtout par la taille de l’équipe bien plus grande dans le XI (là où il n’y avait que quatre personnages jouables dans le Dragon Quest VIII original sur PS2), il n’y a donc pas le temps de traiter aussi favorablement chaque personnage.
Les personnages sont bien développés et ont une histoire plutôt intéressante, je dirais néanmoins que certaines intrigues concernant ces personnages auraient mérité d’être mieux traitées, certaines idées étaient clairement très bonnes, mais auraient mérité un meilleur développement, et une conclusion moins expédiée pour la plupart.
Au passage, comme dans tout Dragon Quest principal, le héros est muet (bien qu’il dispose quand même pour une fois d’une voix que l’on peut entendre quand il agit), comme pour le tour par tour, on aime ou on n’aime pas, certaines personnes trouveront ça archaïque, et d’autres trouveront que cela renforce l’immersion en aidant le joueur à se glisser dans la peau du personnage. Si vous vous attendez à un action RPG et à voir un héros au caractère précis, je doute donc que ce jeu vous intéresse. Malgré son mutisme, le héros est pourtant plutôt bien développé et a une histoire pour la moins intéressante.
Les PNJ sont eux bien plus intéressants que d’habitude, et si leurs répliques ne sont pas variées au moment où on les rencontre, ils en obtiennent un bon nombre au fil des événements du jeu, ce qui est plutôt impressionnant en voyant la quantité de PNJ présente dans ce Dragon Quest.

Les cinématiques contribuent beaucoup à l’histoire de ce jeu, et il faut dire qu’elles apportent beaucoup un niveau de mise en scène jamais vu auparavant dans cette saga, bien qu’elles soient parfois un peu trop envahissantes notamment au début (je vous rassure, en termes d’envahissant ça n’arrive à aucun moment au niveau des jeux Pokémon de septième génération sur 3DS...), elles sont rarement ennuyeuses et c’est toujours un grand plaisir de les voir.
Le jeu contient aussi quelques touches d’humour, dont certaines rappellent beaucoup ce que pourrait faire Akira Toriyama dans Dragon Ball !

Durée de vie :

Comme tout RPG qui se respecte, Dragon Quest XI est un jeu à la durée de vie colossale ! Il vous faudra au moins dans les 90 heures avant d’arriver au bout du jeu, et au-delà des 125 heures pour atteindre le 100 % ! Et vous savez ce qu’est le mieux à ce sujet ? C’est ce que ce jeu utilise très rarement des méthodes artificielles pour augmenter sa durée, contrairement à bien des RPG, il n’est presque jamais nécessaire de passer son temps à farmer les points d’expérience, les personnages montent vite de niveau, et les monstres peuvent être évités en extérieur comme ils sont directement visibles comme bien des Dragon Quest récents, certaines techniques permettent à la fin du jeu de parvenir au niveau maximum pour chaque personnage en à peine quelques heures, même sans trop de combines y parvenir prendra à coup sûr peu de temps.
Néanmoins si vous aimez le farm d’XP (ce que j’aurais bien du mal à croire...), le mode quête dracovienne (offrant des paramètres permettant d’augmenter la difficulté, il est toujours possible de désactiver plus tard ces paramètres) qui a été ajouté dans la version occidentale vous y incitera beaucoup si vous le choisissez, car ce mode ne plaisante absolument pas ! En sachant que le jeu est assez facile comparé à bien des Dragon Quest, il est très appréciable que ce mode ait été ajouté, ce qui augmente fortement la rejouabilité.
Le jeu contient donc un grand nombre d’événements à suivre, et des quêtes secondaires sont toujours là à côté pour renforcer le tout, sans oublier la partie exploration, le craft des équipements, etc., le jeu est pour le moins très complet.
Mes seuls reproches envers la durée de vie concernent quelques fâcheuses tendances de recyclage du jeu à travers des allers-retours parfois trop nombreux à certains moments, ce n’est pourtant pas le déplacement en lui-même qui est embêtant (puisque la téléportation est toujours là... et les temps de chargement aussi malheureusement), mais l’habitude du jeu à ramener le joueur à beaucoup d’endroits déjà visités.

Gameplay :

Comme toujours dans Dragon Quest, la jouabilité est de la pure excellence pour un RPG au tour par tour !
J’aurais tout de même à plaindre un certain manque de nouveautés et d’innovation pour les combats, bien que quelques nouvelles capacités et quelques nouvelles mécaniques sont au rendez-vous, on aurait aimé voir un peu plus de fraîcheur que ça, surtout que le système des vocations et la Tension ont disparu de nouveau, malgré ça je dois dire que le système de compétences a été nettement amélioré ! Il s’agit maintenant d’un hexagramme, dans lequel vous choisissez vous-même quelle compétence à débloquer, autant je détestais ce système très semblable dans les jeux Ratchet & Clank les plus récents, car les bonus apportés aux armes ne changeaient quasiment rien, autant le système fonctionne très bien ici car on débloque de nouvelles attaques, des combos d’équipe, et des améliorations qui se ressentent vraiment, cet hexagramme est une véritable évolution par rapport au système de compétences dans les Dragon Quest précédents, il fallait avant simplement attribuer les points de compétences à des catégories (exemples : Épée, Boomerang, Lance, Courage, etc.), les compétences se débloquaient au fil des points attribués, mais maintenant vous pouvez choisir vous-même la compétence de n’importe quelle catégorie tant que vous avez assez de points pour débloquer la compétence désirée (il faut néanmoins approcher suffisamment la case de la compétence en débloquant des compétences proches afin de la rendre accessible, de plus, certaines compétences sont dissimulées sous une case secrète pouvant être atteinte en se procurant au moins quatre compétences adjacentes), ce qui rend les possibilités d’évolution des personnages bien plus libres que jamais, de plus, vous avez la possibilité de réinitialiser une catégorie de votre hexagramme contre une certaine somme d’argent (le prix dépend du nombre de points attribués dans la catégorie).

Néanmoins, l’exploration a elle beaucoup évolué ! Les environnements sont bien plus vastes et par conséquent le personnage va beaucoup plus vite (et peut même courir dans la version occidentale), il y a désormais bien plus d’éléments du décor avec lesquels vous pouvez interagir (lianes à escalader, parois à grimper, etc.) et vous pouvez sauter pour la première fois dans un Dragon Quest principal ce qui implique évidemment un level design plus vertical que dans les anciens jeux.
L’un des meilleurs ajouts concerne les montures, en plus du cheval, vous aurez la possibilité de chevaucher certains monstres, ce qui vous permettra d’utiliser leurs capacités, comme sauter très haut, escalader un mur, ou carrément voler dans les airs.
Il y a comme toujours beaucoup d’objets à trouver pour donner un véritable intérêt à toute cette exploration.

Il y a aussi quelques petites nouveautés intéressantes, comme la possibilité de frapper les monstres pour commencer un combat (au lieu de simplement les toucher) et leur infliger d’avance quelques dégâts, ou encore la possibilité d’enfin se déplacer et bouger la caméra durant les combats, si ces derniers ajouts sont surtout esthétiques puisqu’ils ne changent en rien le déroulement du combat, je dois tout de même dire qu’ils contribuent à donner une sensation de contrôle plus importante au joueur.
Avec ça, les tours ne fonctionnent plus de manière habituelle, il fallait avant sélectionner les mouvements des toute l’équipe au combat pour lancer le tour, mais maintenant les tours sont plus dynamiques car vous n’avez plus à sélectionner les actions de tout le monde pour qu’il se passe quoi que ce soit, chaque personnage accomplit son action immédiatement après qu’elle a été choisie, cela donne surtout de meilleures possibilités stratégiques où vous pouvez vous adapter à la situation avant même la fin d’un tour, fini les situations ridicules où les quatre personnages tapent un ennemi qui vient de se mettre en mode défense, ou lancent un sort de réveil sur un personnage qui vient déjà d’être réveillé par une attaque !

La dernière nouveauté méritant d’être mentionnée est le mode Hypertonique qui remplace la Tension, celui-ci survient au hasard et à plus de chances de se déclencher sous certaines conditions, les personnages passants en statut Hypertonique voient certaines leurs caractéristiques temporairement améliorées, vient avec ça la possibilité de déclencher des combos d’équipe (dans la veine des coups de grâce de Dragon Quest IX) dont la variété dépend des compétences apprises par les personnages, les combos sont assez puissants et certains ont des animations pour le moins impressionnantes. Le statut Hypertonique se conserve même après un combat, mais il finit par se perdre après qu’un personnage a utilisé trop d’actions (l’effet Hypertonique sur l’icône du personnage se mettra à clignoter pour indiquer que le statut est sur le point de disparaître).
Mon premier problème avec cette mécanique c’est justement qu’elle est trop aléatoire, même si cela a pour effet d’ajouter du piment aux affrontements et de les rendre moins répétitifs, ça reste bien dur de développer des stratégies sur un effet survenant au hasard (même si une compétence et quelques objets très rares permettent de le déclencher volontairement), et pour ne pas aider, les développeurs ont mis pas mal de quêtes secondaires impliquant de vaincre un monstre particulier en effectuant un combo d’équipe précis...
C’est quand même dommage d’avoir retiré la Tension pour mettre ça à la place, la Tension était elle bien moins aléatoire puisque seulement passer au niveau de Tension 100 était du hasard en l’utilisant une quatrième fois d’affilée, sans parler des dégâts hallucinants qu’elle permettait d’infliger quand elle était utilisée correctement ! Je pense que les deux mécaniques devraient plutôt coexister, et que leurs effets devraient être réajustés pour ne pas rendre le joueur abusivement puissant non plus.

Conclusion :

Dragon Quest XI Les Combattants de la Destinée est loin d’être un vrai vent de fraîcheur pour cette saga, il y a un assez grand arrière-goût de déjà vu qui se ressentira surtout chez les personnes ayant joué à Dragon Quest VIII, mais malgré du recyclage, un début de jeu assez ennuyeux (comme beaucoup d’autres Dragon Quest d’ailleurs), quelques régressions, une OST assez moisie, ce clair manque de prises de risques, et quelques autres petits défauts dus à un manque de soin sur certains détails, Dragon Quest XI reste ce que je considérerai comme un chef-d’œuvre !
Le plan technique est dans l’ensemble très réussi vu tout ce que le jeu a à charger que ce soit en termes de créatures ou d’environnement, le tout avec des décors d’une richesse plutôt conséquente ; l’histoire et les personnages sont vraiment passionnants à suivre et bien des moments du jeu sont absolument touchants et surprenants, la durée de vie est exceptionnellement bonne et peu artificielle, et le gameplay reste toujours cette pure excellence old school tout en sachant apporter suffisamment de retouches pour garder l’expérience de jeu intéressante et propose des phases d’exploration plus agréables que jamais pour un Dragon Quest.
Le jeu sait moderniser la saga sans pour autant trahir ses racines, ce qui est très plaisant à voir quand on voit juste en face les choix assez douteux entrepris depuis bon nombre d’années par Square Enix dans la saga Final Fantasy.

Dragon Quest XI est pour ma part un des meilleurs Dragon Quest, malgré quelques lacunes il brille tant sur nombreux de ses aspects qu’il a définitivement une très haute place dans mon estime, ce jeu ne donne que de l’espoir pour l’avenir de la saga, là où Dragon Quest IX en avait déçu certains de par les compagnons absolument vides comme ils étaient créés par le joueur, et de par la focalisation un peut trop forte sur le multijoueur, et là où un Dragon Quest principal comme le X (que nous n’avons d’ailleurs jamais vu en Occident) a commis l’erreur de devenir un MMORPG, Dragon Quest XI a su rester fidèle à l’identité de la saga sans pour autant être un recyclage total de tout ce qu’elle a déjà fait.
Bien que quelques uns diront que le genre est désormais archaïque, Dragon Quest XI est clairement la preuve que les RPG au tour par tour ont encore une place dans le jeu vidéo aujourd’hui et ont même encore de beaux jours devant eux, mais il faudra à coup sûr prendre plus de risques sans pour autant devoir éliminer le tour par tour, Dragon Quest XII et tous les jeux à venir auront donc à innover davantage tout en reprenant ce qu’ils ont fait de mieux pour garantir un futur radieux à leur genre.
Pour l’instant, c’est toujours un véritable plaisir de vivre les merveilleuses aventures qu’ont à offrir les Dragon Quest, et j’espère de tout mon cœur que les futurs opus sauront en faire tout autant !

Points positifs :
+Très beau sur toutes les plates-formes sur lesquelles il est sorti.
+Les décors plutôt bien fournis en détails.
+L’architecture magnifique des villes.
+La patte artistique d’Akira Toriyama.
+Enfin de la vraie variété pour chaque modèle de PNJ.
+Les costumes.
+La bande sonore plutôt agréable.
+Un doublage anglais très correct.
+Une qualité d’écriture bien supérieure aux précédents Dragon Quest.
+Un scénario de très bonne facture avec quelques surprises très intéressantes.
+Quelques bonnes originalités scénaristiques.
+Des personnages attachants et à l’histoire intéressante.
+Un humour secondaire plutôt efficace.
+Les PNJ bien adaptés à la progression dans l’histoire.
+Les références aux épisodes précédents.
+Une durée de vie impeccable.
+Le Post-game meilleur que jamais.
+La quête dracovienne permettant de paramétrer librement la difficulté.
+Des déplacements plus rapides.
+Plus d’interactions avec l’environnement.
+Les montures.
+L’exploration considérablement améliorée.
+La Transforge.
+Un gameplay toujours aussi excellent.
+Une évolution très libre des compétences des personnages à travers l’hexagramme.
+La possibilité de réinitialiser les points de compétence attribués.
+Les combos d’équipe.
+Pouvoir se déplacer et bouger la caméra pendant les combats.
+Un système de tour par tour plus dynamique et plus intelligent.
+Toujours fidèle à ses racines.
+Pouvoir alterner entre 3D et 2D dans la version Nintendo 3DS.

Points négatifs :
-Quelques mauvaises textures.
-Quelques temps de chargements intempestifs.
-Clairement pas le meilleur character design de la saga.
-Un peu trop de recyclage en ce qui concerne les monstres.
-Un peu de personnalisation n’aurait pas été de refus.
-Impossibilité de changer de personnage pour l’exploration.
-Une OST décevante pour du Dragon Quest.
-Toujours pas de musiques en version orchestrale.
-Doublage japonais inexistant.
-Certains points du scénario auraient mérité un meilleur traitement et sont parfois un peu trop expédiés.
-Parfois un peu trop prévisible.
-Les cinématiques trop présentes à certains moments.
-Un peu trop d’allers-retours.
-Pas assez de nouveaux monstres.
-Suppression de la Tension.
-Le mode Hypertonique trop aléatoire.
-Globalement pas assez de nouveautés pour les combats.
-Un peu trop facile en mode normal.
-Pas assez d’innovations et de prises de risques.
-Version PC assez instable.
-Pas de version 3DS en Occident.

Notes :

Dragon Quest XI Les Combattants de la Destinée (PlayStation 4) :

Graphismes : 17,75 / 20

Bande sonore : 16,25 / 20

Scénario : 18,25 / 20

Durée de vie : 19 / 20

Gameplay : 19 / 20

Total : 19 / 20


Dragon Quest XI (3DS) (estimation) :

Graphismes : 19 / 20

Bande sonore : 17,25 / 20

Scénario : 18,75 / 20

Durée de vie : 19,5 / 20

Gameplay : 19,25 / 20

Total : 19,25 / 20


Dragon Quest XI Les Combattants de la Destinée (PC) (estimation) :

Graphismes : 17,75 / 20

Bande sonore : 16,25 / 20

Scénario : 18,25 / 20

Durée de vie : 19 / 20

Gameplay : 19 / 20

Total : 19 / 20


Voilà ! J’espère vous avoir donné l’envie de jouer à Dragon Quest XI si vous ne l’avez pas encore essayé, et j’espère sinon que cet avis aura été plaisant à lire !
Merci de votre lecture, et n’oubliez pas de soutenir la pétition si cela vous intéresse !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci de votre lecture !

N'hésitez pas à vous abonner pour être averti de la sortie des prochains contenus, et laissez un commentaire si vous le désirez pour me faire part de votre avis !

Membres :

Être averti des contenus par e-mail (entrez votre adresse e-mail puis cliquez sur "Submit") :

Me soutenir sur Tipeee :